Primož Jakopin - Klok

Les Images des Grottes de Carniole



TEMPLE des EAUX

Zaghouan

19 - 28 janvier 2004



Avant-propos

          La Slovénie, un petit pays situé entre les Alpes, la mer Adriatique, la plaine Pannonique et les montagnes Dinariques, a toujours été connue pour sa photographie. La Carniole est son ancien nom pour la partie sud et ouest du fleuve Sava, où se trouvent les vastes régions du karst et les phénomènes étudiés, décrits et célèbres depuis le dix-septième siècle.
          Primož Jakopin, Klok dans les cercles spéléo est malgré son âge un digne représentant de la nouvelle génération des maîtres slovènes de la lumière souterraine. Né à Ljubljana (Emona dans la période romaine) le 30 juin 1949, de parents originaire de la Carniole, il commence par la photographie à l'âge de 8 ans, se spécialise dans la photographie des grottes à 18 ans, et ne peut pas poursuivre une carrière de photographe, considérée comme inconveniente pour un fils de maîtres des langues et de litérature. Il se consacre alors à une carrière scientifique, informatique et linguistique.
          La photo continue bien sûr d'occuper une place privilégiée dans son coeur, elle est sa passion la plus profonde, prendre des photos est pour lui encore une véritable joie, un devoir très sérieux, tant lors l'exploration d'une grotte, que lors d'un mariage ou, pourquoi ne pas le dire (il vit dans un petit village), que lors d'un enterrement. Les expositions de Klok ne sont pas fréquentes, l'exposition à Zaghouan est la quatrième et la deuxième consacrée aux grottes. Un petit choix des photographies effectuées les deux dernières années est présenté ici, du temps où, stimulé par les avancements de la photo numérique, il a repris la photo spéléo après une longue absence.
          La technique moderne de la présentation des images, le jet d'encre sur toile, avec son poids léger et avec le "look and feel" assez proches de ce qui nous plaît dans la peinture, a rendu cette exposition faisable.
          Les grottes, ces derniers endroits non conquis sur terre, les espaces rocheux, humides, froids, boueux, sombres et précipiteux, mais aussi pleins de beauté extraordinaire, de sculptures blanches congelées dans le temps, ne sont pas faciles à capturer dans la petite boîte magique, même si on peut vérifier immediatement ce que l'on a fait. La danse subtile de la lumière et des ombres, les couleurs de la nuit, les vues qui changent avec le plus petit mouvement d'éclairage artificiel, les distances qui sont si rapidement hors de la gamme, les aides que l'on ne doit pas trop gêner, c'est en cela que consiste le travail de photographe souterrain. Souvent une deuxième ou même troisième visite à la même scène est necessaire. Mais les images présentées sont là pour témoigner les résultats d'un travail très fructueux. Le jeu de l'eau, des concrétions et de la lumière, toutes les nuances de la couleur du sable, du blanc à l'orange, du jaune lumineux à l'ocre, si ressemblants aux couleurs du désert tunisien, sont superbes. On peut dire avec certitude que Klok a réussi à mettre de nouveaux moyens artistiques au service de la visualisation du monde souterrain.
          Et qui peut trouver un meilleur endroit pour une exposition de scènes aqueuses souterraines que le Temple des Eaux à la majestueuse résurgence d'aquifer du grand Djebel Zaghouan?



Addresse URL de cette page web: http://www.jakopin.net/razstave/2004/Zaghouan/avant_propos.php
Page publiée pour la première fois le 12 janvier 2004, réinitialisation du compteur et dernière modification de la page: 10 juin 2017.
           43